La Colère

05/01/2018

Qu'est-ce que la colère?

Romains 2.5 : "Mais, par ton endurcissement et par ton cœur impénitent, tu t'amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu...."

Définition: état affectif violent et passager, résultant du sentiment d'une agression, d'un désagrément, traduisant d'un vif mécontentement accompagné de réactions brutales.

Éphésiens 4.26 : "Quand vous vous mettez en colère, ne commettez pas le péché. Votre colère doit cesser avant le coucher du soleil. Ne laissez aucune place en vous à l'esprit du mal."

Jamais un croyant ne connaîtra la paix tant qu'il fera dépendre celle-ci de ses expériences, de ses émotions ou de sa propre justice. Il est indiscutable, que la présence du Saint Esprit dans un croyant produit normalement une vie de joie d'adoration et de louange, un appétit spirituel renouvelée ainsi qu'un goût prononcé pour La Parole de Dieu. Il s'agit d'une injonction précise, adressée à tous les chrétiens. D'une manière indiscutable, Dieu offre une vie nouvelle à tous ceux qui ont cru en son Fils Jésus Christ.

Matthieu 5.22 : "Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d'être puni par les juges; que celui qui dira à son frère : Raca! mérite d'être puni par le sanhédrin; et que celui qui lui dira: Insensé! mérite d'être puni par le feu de la géhenne."

La Parole compare successivement les hommes à des arbres qui portent pour l'un de bons fruits et les autres de mauvais fruits. Elle nous révèle clairement le jugement qui tombera sur les méchants :

- "La colère qui vient" ; "L'arbre coupé et jeté au feu" ; "L'air nettoyée" et "La balle brûlée au feu éternel".

1 Thessaloniciens 5.9 : "Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l'acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ...."

- Les justes étant épargnés et rassemblés dans le grenier.  

Nous pouvons considérer que si certaines personnes n'ont pas, ou ne peuvent avoir le Saint Esprit, c'est qu'elles n'obéissent pas à Dieu.

Actes 5.32 : "Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent."

L'Esprit de Dieu est un Esprit de Sainteté, c'est dans notre cœur, dans notre esprit que nous approchons de Dieu comme de notre Père pour le prier et l'adorer. Les péchés offensent le Saint Esprit, non seulement les fautes que la morale des hommes condamne, mais aussi les péchés intérieurs. Ne cédons pas à la colère, l'orgueil, la rancune, l'amertume, la critique, l'esprit de condamnation.

Romains 6.22 : "Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la progression dans la sainteté et pour fin la vie éternelle." 

Nous avons notre fruit dans la Sainteté, ce fruit délicieux, signe de la vie nouvelle, il ne peut s'épanouir que dans un climat de communion avec Dieu. Si nous voulons goûter cette plénitude de vie, nous devons prendre notre croix et cultiver une conscience sensible, éclairée par La Parole. C'est simplement remettre nos intentions et notre confiance dans l'Esprit Saint.

Éphésiens 4.30 : "N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous...."

Conclusion : vivons selon l'Esprit, restons attentifs à tout ce qui nous endurcit et attriste le Saint Esprit :  "de même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi." (Colossiens 3.13). Cette communion de l'Esprit, s'étend pour tous les rachetés du Seigneur Jésus, qui ont tous le même Père, le même Seigneur et le même consolateur. La liberté intérieure, se traduit par une ouverture aux autres. La Sainteté n'est pas du moralisme, mais le fruit d'une consécration de cœur. L'Amour se manifeste par la bonté, la patience, le dévouement, le Saint Esprit exprime notre humanité tel que Dieu le désir. C'est un équilibre de vertus, d'harmonies variées, de qualité de vie dans une dépendance confiante et aimante du Seigneur Jésus Christ.

Jean 14.23 : Jésus lui répondit : "Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui." Amen!